La nouvelle formule de notre newsletter est sortie ! Inscrivez-vous pour la recevoir !

Mémoires d’un rangeur

06.05.2024
© Clare Gallagher
Le rituel était immuable. Chaque matin, les voisines se retrou­vaient un balai à la main pour nettoyer le « rouillon », le caniveau, devant chez elles. Dans cette banlieue populaire de Bordeaux, à la fin des années 1950, le tout à l’égout n’arrivait pas dans le quartier, les eaux de lessive et de nettoyage se déver­saient au bord du trottoir. Alors, on passait le balai, le gros, celui du dehors. On en profitait pour échanger nouvelles, com­men­taires et ragots, « radio-rouillon » en somme. Puis, venait un moment où l’une d’entre elles disait :- Je bavasse, là, mais faut que je rentre faire mon ménage, moi, y va pas s’faire tout seul.Sa remarque donnait le signal. Les ménagères ren­traient chez elles. Les logements – des maisonnettes&nbs

Inscrivez-vous
gra­tui­te­ment

Pour accéder à l’ensemble des contenus du site, vous devez être inscrit. C’est gratuit et ça ne prend que quelques secondes.

Didier Pourquery