La nouvelle formule de notre newsletter est sortie ! Inscrivez-vous pour la recevoir !

L’esprit de l’in­ti­miste

Notre manière de voir

Intimiste, dérivé de intime, du latin intimus, « ce qui est le plus en dedans ».
Déf. : « Qui s’attache à exprimer, de manière nuancée, les pensées, les sen­ti­ments les plus secrets ; qui évoque l’existence familière quo­ti­dienne. »

Les évé­ne­ments de la vie comme elle va (ou pas) occupent depuis longtemps une zone blanche de l’actualité. George Perec l’avait déjà souligné dans L’Infra-ordinaire, en 1973 : « Les journaux parlent de tout sauf du jour­na­lier. Ce qui se passe vraiment, ce que nous vivons, où est-il ? » Le constat n’a rien perdu de sa per­ti­nence. A notre époque vorace d’information en continu, la moindre sortie d’un nouveau téléphone (un téléphone !) devient événement, le moindre fron­ce­ment de sourcil d’un notable mérite l’étude, la moindre opinion fournit matière à scandale… Mais ce qui se passe dans le wagon d’un train ou autour d’une machine à café, un premier jour d’école ou un dernier jour de travail, à l’annonce d’une maladie ou d’une grossesse, voilà qui ne mérite toujours pas le statut pres­ti­gieux d’événement. Trop insi­gni­fiant, dit-on. Insi­gni­fiant ? Mais c’est 90 % du réel !

Notre promesse

Alors dans cette zone blanche de l’actualité, L’Intimiste a décidé de poser ses antennes. Fatigués par cette manière de hié­rar­chi­ser les évé­ne­ments et de forger l’actualité, nous avons rêvé d’un média dédié à l’actualité alter­na­tive des évé­ne­ments de la vie. Pourquoi ?

  • Pour qu’il ne soit pas néces­saire d’attendre une guerre pour s’intéresser au mode de vie des Ukrai­niens, un mouvement social pour regarder les ronds-points, un séisme pour découvrir l’Est de la Turquie car tous les faits comptent, tout le temps ; qu’il ne soit plus besoin d’être riche, célèbre, puissant, héroïque, dia­bo­lique ou victime pour être inté­res­sant car toutes les vies comptent, tout le temps.
  • Pour révéler l’importance, la beauté, l’intelligence, les res­sources et la fabuleuse épopée de ce qui se passe quand rien ne se passe. Et mieux résister aux injonc­tions contem­po­raines à être toujours plus riches, plus beaux, plus pro­duc­tifs, plus créatifs, plus heureux, bref, plus excep­tion­nels.
  • Pour décoller les yeux du pire et mieux les ouvrir autrement sur les enjeux et les réalités de l’époque : les petits et grands évé­ne­ments, les rituels, les objets et les lieux jugés infimes fabriquent en silence l’histoire profonde. Là se trame souvent l’actualité de demain.
  • Pour créer un jour­na­lisme de proximité nouvelle géné­ra­tion, élargi à l’échelle mondiale: nos histoires écrites avec empathie, en s’efforçant d’enfiler la peau de l’autre, favo­risent la com­pré­hen­sion mutuelle entre les membres de notre société mondiale d’inconnus.
  • Pour offrir aux vies anonymes un lieu qui les raconte en s’inspirant de la « lit­té­ra­ture du réel », cette manière d’écrire les histoires vraies avec les codes du roman, en prêtant une attention par­ti­cu­lière aux détails et à la des­crip­tion des scènes vécues, en favo­ri­sant l’identification aux per­son­nages. Parce que les gens « ordi­naires » ne le sont vraiment pas.
  • Pour ralentir en offrant un sanc­tuaire au petit temps du quotidien. C’est dans les ondu­la­tions minus­cules, les détails ténus, les moments anodins observés sur la longue durée que les phé­no­mènes familiers par­viennent à nous sur­prendre, nous éclairer et nous régénérer.

Face à l’accélération de tout, L’Intimiste veut être un média « résis­temps » qui aide à s’affranchir des rythmes fous, des cultes de l’urgence et de l’inédit qui asphyxient. Nos histoires, atten­tives à ce qui change à petit feu, invitent doucement à recon­qué­rir le temps de vivre.

Notre manière de faire

Depuis sa création en 2019 par une équipe de jour­na­listes et d’auteur(e)s bénévoles, L’Intimiste est paru… quand il pouvait. Aujourd’hui, notre média atypique et buis­son­nier (qui le restera) propose à ceux et celles qui se recon­naissent dans ce manifeste des rendez-vous plus réguliers.

La forme : un média de magazine(s) par courriel

L’In­ti­miste est d’abord un média numérique, publié sous forme de newsletter(s). Enfin, newsletter(s)… Nous préférons parler de magazine(s) par courriel, puisque c’est exac­te­ment ainsi qu’on le(s) conçoit, avec : de la variété ; des sujets pout toutes les formes de curiosité et d’envies ; du court, du moyen, du long ; du texte, de la photo, de l’art ; de la matière à sourire, pleurer, s’ins­pi­rer, s’é­mer­veiller, s’é­mou­voir, s’ins­truire, se divertir et bien davantage ; de l’ici et de l’ailleurs, de l’au­jourd’­hui qui passe et de l’hier qui dure… Bref, un magazine, terme issu du mot arabe désignant le dépôt de mar­chan­dises. L’In­ti­miste veut offrir à ses lecteurs de quoi faire provision d’his­toires de la vie à leur guise.

Avant de donner naissance à d’autres lettres, nous vous proposons dès main­te­nant, un week-end sur deux, notre news­let­ter gratuite Les Épopées minus­cules, livrée toute chaude dans votre boîte de réception à l’heure du café et des crois­sants. Avec une publi­ca­tion en trois volets :

  • dès le vendredi, elle vous emmène à la rencontre de per­son­nages aussi méconnus que remar­quables ;
  • le samedi, elle vous raconte des histoires de lieux et d’objets dont l’exis­tence va tellement de soi que nous en avons oublié la magie initiale ;
  • le dimanche, elle vous invite à plonger dans les grands et petits rites qui émaillent le quotidien et nous rap­pellent que l’exo­tisme commence ici.

Dans chaque volet, vous retrouvez un récit fouillé, des nouvelles de quelques lignes et une échappée artis­tique ; sans oublier de la pho­to­gra­phie et des cerises sur le gâteau. Foi­son­nant et concis, chaque opus vous propose une dizaine de minutes de lecture (mais si vous cliquez sur tous les liens tentants parsemés ici et là, nous déclinons toute res­pon­sa­bi­li­té…).

La mÉthode : cueillette et Écriture

Glaneuses et glaneurs, les auteur(e)s de L’In­ti­miste cueillent leurs histoires au gré de déam­bu­la­tions curieuses au coin de la rue ou dans les livres, sur les réseaux sociaux, dans la presse du monde entier, dans les notes de bas de page de l’In­ter­net. Ils les choi­sissent parce qu’elles nous res­semblent et nous ras­semblent : aussi per­son­nelles et loin­taines soient-elles, aucune ne nous est vraiment étrangère. Ils les choi­sissent aussi parce qu’elles étonnent et émer­veillent : les histoires publiées dans L’In­ti­miste peuvent être drôles, tendres, exal­tantes, cruelles ou terribles, mais toutes contiennent une lueur d’espoir ; pour aider à “supporter la vie sans trop de tristesse” (Proudhon) face à la noirceur du monde.

Elles sont racontées (après moult enquêtes, recherches et véri­fi­ca­tions) dans des textes conçus comme de petites nouvelles lit­té­raires. Car sans le pouvoir des mots, il est difficile de restituer sa dimension uni­ver­selle et son épaisseur à l’ex­pé­rience de vivre commune.

L’am­biance : un média de créateurs

L’In­ti­miste est un média d’ar­ti­sans, fait maison par des humains pour des humains. Comme dans une boutique de créateurs, vous y croisez des imper­fec­tions et des doutes, de la joie pure et des pépites, des rêves et du bricolage, du cœur à l’ouvrage, de looooongues heures de travail ; et très peu d’argent.

C’est donc un média qui évolue en per­ma­nence au gré des obstacles et des enthou­siasmes qu’il rencontre. Nous concevons sa vie comme une suc­ces­sion de matins, de nouveaux départs qui le font grandir peu à peu, lentement mais sûrement. L’In­ti­miste est écrit un peu partout mais basé en Ardèche, un ter­ri­toire sans gare, sans autoroute, sans lignes plates ni droites où il est impos­sible d’aller vite ; et ça lui va comme un gant.

Son épopée minuscule s’écrit donc avec ses lectrices et ses lecteurs : votre per­cep­tion, vos goûts, vos désirs guident ne per­ma­nence nos décisions et défi­nissent pour nous le champ du possible. Alors, si notre démarche et nos valeurs résonnent en vous, rejoignez main­te­nant notre com­mu­nau­té de lecteurs pour recevoir la news­let­ter quin­zo­ma­daire gratuite. Il nous tarde de vous accueillir.

pour recevoir
la lettre

et s’émouvoir, s’émerveiller, s’étonner avec les épopées minus­cules de nos vies ; pour retrouver foi en l’humanité ; pour s’accorder des vacances d’actualité ; pour prendre plaisir à lire des histoires vraies… C’est gratuit mais précieux.

L’Intimiste s’engage à ne jamais trans­mettre votre adresse e‑mail et à ne pas vous envoyer de publicité.